logo-crop
Partout on en parle. « En », c’est le GENIIES ou Gouvernement d’Entente Nationale Intermédiaire pour les Élections.

Date

Pourquoi ? Parce que rien ne va plus à Madagascar. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’économie sombre, le taux d’inflation ne cesse de glisser selon la Banque Centrale de Madagascar jusqu’à atteindre 12,4 % en Mars 2023. Le social est très mal en point. La société nationale d’électricité et d’eau, la JIRAMA, agonise. La population est dans le noir dans toutes les villes de Madagascar sans exception plusieurs heures par jour, banalisant le mot délestage qui fait désormais partie prenante du quotidien des malagasy. Toutes les routes, que ce soit nationales ou communales ne sont plus entretenues et réhabilitées car même l’argent du Fond d’Entretien Routier a disparu. Des projets futiles et non prioritaires épuisent les caisses de l’État. Cette liste exhaustive d’exemples démontre clairement la situation de crise socio-économique dans lequel le pays est plongé. Les violations répétées de la Constitution et des lois en vigueur par les dirigeants créent des tensions politiques maintes fois dénoncées mais jamais corrigées, mais bien au contraire justifiées et validées par la plus haute juridiction.

D’une part, les autorités ne manifestent aucune volonté d’améliorer les choses mais ont surtout du mal à trouver et proposer des solutions. D’autre part, l’opposition éparpillée se voit rejeter toutes ses propositions et requêtes à savoir l’organisation d’une Concertation Nationale, l’amendements des lois électorales, la restructuration de la composition des membres de la CENI et de la HCC, l’audit du logiciel avant la refonte électorale, l’exigence d’une neutralité et d’une impartialité de la CENI et de la HCC ainsi que de l’Administration, la réclamation de l’indépendance de la CENI etc.

Malheureusement, l’on n’assiste qu’à un dialogue de sourds et à des répressions sous toutes ses formes. A quelques mois des élections, les signes annonciateurs d’une crise pré ou post-électorale se profilent inexorablement sans le moindre sourcillement de la part des autorités.

Des malagasy d’ici et d’ailleurs, des politiciens, des techniciens alliant des juristes, des économistes, des médecins, des diplomates, ainsi que de simples citoyens portés par un élan de patriotisme se sont alliés au sein d’un groupe appelé ALLIANCE et ensemble proposent le GENIIES.

Ce gouvernement intermédiaire basé sur une Entente Nationale, c’est à dire une acceptation par toutes les entités sociopolitiques de lui confier la mission principale d’organiser des élections justes et équitables, respectant le RARINY et le HITSINY, transparentes et acceptées par tous ». Des élections sous une forme nouvelle appelées élections liées, car tout candidat à la Présidence de la République aura à présenter une liste de candidats à la députation couvrant toutes les circonscriptions de l’île, évitant ainsi l’incongruité rencontrée auparavant avec un Président élu mais ne possédant aucun député de son propre parti et obligé de composer avec des alliés fictifs et d’opportunité. Mais avant tout, le GENIIES propose la mise en place d’un nouveau système électoral fiable et pérenne. Ce gouvernement promeut également une réforme de la structure politico-administrative à travers le concept de démétropolisation, à savoir une décentralisation très forte et profonde avec une transfert progressif des pouvoirs et des responsabilités vers les collectivités territoriales décentralisés (CTDs). La mise en place de cette réforme permettra une gestion administrative locale et de proximité des élections, assurant ainsi l’égalité de chance pour tous les candidats, la sécurisation des scrutins et la limitation de toutes tentatives de fraudes en octroyant les mêmes conditions à chacun, dans un environnement assaini et favorable pour offrir des élections justes et acceptées par tous.

En tant que Gouvernement Intermédiaire, à l’opposé des gouvernements de transition qui se sont succédés qui ont tous fait suite à une rupture constitutionnelle découlant d’un renversement de pouvoir, d’un soulèvement populaire ou de conflits électoraux, le GENIIES continuera de fonctionner avec les institutions démocratiques. Ainsi, tous les élus de la République restent en poste, notamment les deux chambres, et qui auront la lourde tâche d’accompagner le gouvernement intermédiaire dans la mise en place desdites réformes et changements. Il ne sera fait aucune création d’institutions transitoires comme le Conseil de la Transition pour remplacer le Parlement et ses membres, idem pas de Conseil Supérieur de la Transition en lieu et place du Sénat. Toute personne élue démocratiquement restera en place jusqu’à la tenue des élections afférant à sa fonction.

Les membres du gouvernement auront à exercer dans le respect de la neutralité et de l’impartialité, et seront tous frappés d’inéligibilité dans le cadre des élections organisées par le GENIIES. Aucun ne pourra représenter, ou continuer à représenter un parti ou un candidat tout au long de sa mission. Il n’y aura ni partage de sièges ni de quota par entité comme lors des transitions précédentes.

C’est pourquoi le GENIIES mérite le soutien de toutes les forces vives de la Nation, y compris la population,non seulement afin d’éviter à notre pays de revivre une nouvelle crise politique annoncée en cas de forcing pour tenir des élections dans les conditions actuelles,  mais également car il offre une rupture, un changement radical qui ouvre la porte au changement qui pourra mener Madagascar vers un réel développement, à commencer par chacune des régions qui auront enfin l’opportunité d’exploiter de manière autonome leurs potentiels humains et leurs ressources, mais surtout avec des élus qui seront issus de scrutins justes et équitables.

Madagascar mérite cette révolution systémique et de sortir de ce tourbillon infernal dans lequel il est plongé depuis des décennies, et les malagasy méritent de trouver enfin la voie du développement tant espéré. Le GENIIES nous offre cette chance, sachons la saisir.

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rabenjamina
Rabenjamina
10 mois il y a

Le rêve serait un système qui puisse mener à un vrai bipartisme qui empêcherait le pays de dériver au gré de leaders insincères ou incompétents voire les deux.
Qui limiterait le mandat à une occurrence unique et empêcherait les retours (contrits ou vengeurs).

Plus
d'articles